Tessie Hutchinson Hypocracy Essay Mla Format Contrast Essay Essayshark Refunds How To Mention Client Side Experience In Resume Esl Cv Writing Sites For Masters

PRESENTATION

 

Ensembles, préservons notre littoral

 

LE PROGRAMME REGIONAL WACA

Le programme WACA a été développé en partenariat avec les populations d’Afrique de l’Ouest qui vivent sur la côte et en dépendent pour leurs moyens de subsistance, leur nutrition, leur sécurité alimentaire et leur prospérité. Le programme appuie les efforts déployés par les pays pour améliorer la gestion de leurs ressources côtières communes et réduire les risques naturels et anthropiques auxquels sont exposés les communautés côtières. Un financement de US $222 million a  été octroyé pour la résilience côtière dans ces six pays : Benin, Cote d’Ivoire, Mauritanie, Sénégal, Sao Tome et Principe, et Togo.

WACA stimule le transfert de connaissances, encourage le dialogue politique entre les pays et mobilise des financements publics et privés pour lutter contre l’érosion côtière, les inondations, la pollution et l’adaptation au changement climatique. Le programme WACA se compose de projets nationaux, d’activités de soutien et d’intégration régionale, et d’une plate-forme WACA comme mécanisme permettant d’élargir les connaissances, le dialogue et le financement.

WACA EN MAURITANIE

Le projet financera le renforcement des dunes côtières protégeant Nouakchott et le remplissage des failles prioritaires par l’utilisation de la fixation biologique et mécanique. La délimitation des voies de circulation sur les dunes évitera leur dégradation par les activités humaines. Dans le parc national de Diawling, l’une des digues existantes sera prolongée et réhabilitée pour augmenter sa capacité de réduction des risques. Dans la zone transfrontalière avec le Sénégal, les mangroves seront plantées pour servir de tampon pour lutter contre l’érosion de l’embouchure du fleuve Sénégal et l’éco-tourisme sera financé. Une étude technique approfondie étudiera la faisabilité d’un réapprovisionnement transfrontalier des plages artificielles.

En plus de ces mesures de réduction des risques, les activités communautaires seront financées au sein de huit communautés afin de gérer le développement des zones côtières de manière durable. Les consultations autour de la préparation de plans de résilience et d’adaptation avec les communautés locales de Ndiago, un petit village touché par l’érosion côtière dans le sud, seront soutenues par le projet. Enfin, la Baie de l’Etoile, un écosystème riche et fragile situé au nord de Nouadhibou, sera gérée de manière durable en mettant un accent sur la sécurisation de son statut de monument protégé, la promotion de l’éco-tourisme et la protection de la biodiversité. En Mauritanie, toutes les activités seront conçues et mises en œuvre par le ministère de l’environnement.

FINANCEMENT

Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie: US $2,000,000
Banque mondiale : US $20,000,000


COMPOSANTES DU PROJET

Composante 1 : Renforcement de l’intégration régionale et des investissements pour une gestion côtière améliorée

Cette composante est mise en œuvre avec une subvention du département d’intégration régionale de l’Association internationale de Développement de US $12 millions qui sera fournie à l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), avec un accord subsidiaire avec l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) qui contractera la Convention d’Abidjan (ABC) et le Centre de Suivi Ecologique (CSE) pour des travaux spécifiques.

 

Composante 2 : Renforcement des politiques et institutions nationales pour une gestion côtière améliorée

Cette composante permettre d’accompagner la Mauritanie pour fixer son cadre stratégique, politique et règlementaire sur le littoral, et le développement d’un système de suivi du littoral en lien avec le PDALM actualisé (2017). Les activités seront mises en œuvre dans le cadre de six sous-composantes : (i) renforcement des institutions et de la gouvernance ; (ii) renforcement du cadre législatif, règlementaire et politique ; (iii) planification spatiale et multisectorielle du littoral ; (iv) outils d’aide à la décision (comptabilité bleue) ; (v) système d’alerte précoce et Hydromet ; et (vi) mise en place d’un mécanisme national pour l’observation du littoral.

 

Composante 3 : Renforcement des investissements nationaux physiques et sociaux

Les résultats du plan multisectoriel relatif au littoral mauritanien réalisé dans le cadre du programme WACA et validé en 2017, ont confirmé les secteurs d’interventions prioritaires les plus touchés par les risques côtiers identifiés par la MOLOA. Les zones les plus touchées sont Nouakchott au centre, Nouadhibou au Nord et la zone frontalière avec le Sénégal y compris le Parc National du Diawling et la commune de Ndiago au sud.

 

Investissements physiques tels que: 

  • Nouakchott : colmatage des brèches, fixation des dunes et franchissement du cordon dunaire
  • Diawling : fixation du cordon dunaireet réhabilitation et extension de la digue existante
  • Restauration de la mangrove (100 ha)

 

Investissements sociaux

  • Activités de développement communautaire : le projet financera des initiatives de renforcement de la résilience et d’amélioration des moyens de subsistance et du bien-être des personnes et des communautés dans ces huit communes: Sebkha (chaine du froid; séchage du poisson), El Mina (Salines), Tevragh Zeina (aménagement des marres), Dakhlet Nouadhibou (tissage de filet et chaine du froid,), Benichab, Keur Macen (villages de Ndiago), Tiguint, et Chami.

 

  • Aménagement et protection de la Baie de l’étoile: les activités comprendront des mesures de protection de la biodiversité au niveau de la rivière à Spartine, le financement d’un cadre de gestion environnemental et social, et le financement de travaux et d’équipement pour la construction d’eco-lodges.

 

Réduction de la pollution et gestion des déchets

  • Assistance dans l’élaboration des termes de références pour la recherche d’un partenariat public-privé pour des stations de réception des déchets liquides (Nouakchott et Nouadhibou) ;
  • Etude sur les options pour l’alimentation du fonds d’intervention pour l’environnement.

 

Collaboration transfrontalière avec le Sénégal

  • renforcement de capacités des deux parties pour la gestion des risques environnementaux relatifs aux activités pétrolières et gazières ;
  • régénération des écosystèmes de la Réserve de Biosphère Transfrontalière du Delta du Sénégal et relance de l’écotourisme transfrontalier ;
  • suivi et prise en charge du phénomène de l’érosion côtière dans le secteur frontalier commun.

 

 

Composante 4 : Coordination, appui à la mise en œuvre et gestion du projet
Les organes de gestion du projet sont l’Unité de Gestion du Projet, le Comité national de Pilotage et le comité technique multisectoriel. L’objectif de cette composante est d’assurer l’exécution quotidienne, la communication et le suivi-évaluation du projet.

 

 

INDICATEURS DE RESULTATS

Indicateur 1 : Nombre de ménages dans les zones côtières de la Mauritanie épargnés de risque d’érosion grâce aux interventions du projet (désagrégé par zone urbaine / rurale) 4,879
Indicateur 2 : Nombre de ménages dans les zones côtières de la Mauritanie épargnés de risque d’inondation grâce aux interventions du projet (désagrégé par zone urbaine / rurale) 41,581
Indicateur 3 : Nombre de ménages dans les zones côtières de la Mauritanie avec un risque de pollution contrôlé (désagrégé par zone urbaine / rurale) NA
Indicateur 4 : Proportion des bénéficiaires notant de manière satisfaisante les interventions du projet (désagrégé par sexe) 75

 

Indicateurs clés intermédiaires :

RI Indicateur 1.1 Pays qui soumettent dans les délais, les ensembles de données à l’Observatoire régional (nombre) Oui
RI Indicateur 2.1 : Score sur les instruments de politiques et le cadre juridique 5
RI Indicateur 2.2 : Comité interministériel sur le littoral établi et opérationnel Oui
IR Indicateur 2.3 : Système national d’alerte précoce opérationnel selon critères définis Oui
RI Indicateur 3.1: Zone côtière ciblée avec des mesures de lutte contre les inondations (ha) (désagrégés par pays, urbain / rural) 12,590
RI Indicateur 3.2 : Segment de trait de côte protégé dans les zones ciblées grâce aux mesures de lutte contre l’érosion côtière (km) (désagrégation par pays) 51.5
RI Indicateur 3.3 : Nombre d’écosystèmes naturels conservés et/ ou restaurés (désagrégé par pays) 3
RI Indicateur 3.4 : Nombre de ménages dans les zones ciblées ayant accès à des activités de subsistances améliorées 44,000

 

CONTACTS

Mme Fatimetou Soueidatt, Coordinatrice de projet | f.soueidatt@waca.mr  f.soueidatt@gmail.com  |                        Tel : 36 88 54 04
Adresse de
l’Unité de Gestion du Projet:

 

Close